Comment est partagée la succession de l’adopté qui meurt sans descendants ?

Si l’adopté meurt sans descendants, la part de sa succession dévolue à ses père et mère ou frères et sœurs est répartie ainsi qu’il suit : une moitié est déférée à sa famille adoptive et l’autre moitié à sa famille d’origine.

Si l’adopté meurt sans héritiers, soit dans la famille adoptive, soit dans la famille d’origine, l’intégralité de la part de la succession dévolue à ses père et mère ou frères et sœurs est déférée aux héritiers de l’autre famille.

Articles 21 et 22 de la loi n° 2019-987 du 27 novembre 2019 relative à l’adoption