EDUARDO MONDLANE CHIVAMBO DU MOZAMBIQUE

Eduardo Mondlane Chivambo est né en 1920 à Nwajahani, dans la province de Gaza au Sud du Mozambique et il doit son nom « Mondlane Chivambo » à l’un de ses ancêtres, un grand Chef bantoue.

Jusqu’à 12ans, Eduardo Mondlane est berger, s’adonne aux travaux champêtres et à la chasse et dit : « Mes parents appartenaient à la vieille Afrique (…) ils ne connaissaient pas le christianisme (…) ils vénéraient et adoraient leurs ancêtres… On vivait de la culture des petits champs, de l’élevage, du bétail et de la chasse. Mon enfance se passa ainsi dans les pâturages avec de nombreux bergers de mon âge » mais, une de ses grandes-sœursen Christ le conduit à l’école de la Mission Suisse où il est apprécié des missionnaires et de ses amis chrétiens appelés « Patrouille ».

Eduardo Mondlane se rend à Lourenço Marques, grande ville mozambicaine située à 77 km de la frontière avec l’Afrique du Sud, appelée aujourd’hui Maputo, capitale du Mozambique et réussit à son diplôme d’évangéliste.

Revenu à la Mission Suisse, Eduardo Mondlane prend la tête des Patrouilles de la section garçons et suit des cours du soir mais lorsqu’il décide de s’inscrire en cours du jour au lycée, il se voit refuser l’accès pour son âge avancé ; Le lycée étant ouvert aux jeunes âgés de moins de 13 ans.

Eduardo Mondlane s’applique dans ses études, hors du lycée.

Lorsqu’il arrive à bien lire, les missionnaires l’aident et le font entrer à la Mission Méthodiste rurale de Cambine, en Mozambique.

Il revient en 1942 avec beaucoup de livres et des connaissances en anglais. Eduardo Mondlane se perfectionne davantage, pour, selon lui, servir son pays, même si les portes des écoles lui sont fermées.

L’Eglise et les vieux pasteurs qui souhaitent le responsabiliser au sein de l’Eglise disent: « Nous voulons bien aider cet Eduardo qui veut servir son église, mais qu’on lui donne d’abord la responsabilité d’une petite congrégation de brousse, et on verra! »

Eduardo Mondlane est affecté au camp de la Mission Suisse Lemana dans la province du Transvaal.

Au sein de cette Mission, il étudie ses cours du lundi au vendredi et les samedi et dimanche, il prêche et donne des enseignements bibliques.

En 1948, il réussit ses examens de maturité en anglais et en afrikaans et, avec la bénédiction des missionnaires, il s’inscrit en Sciences sociales à l’université blanche du Witwatersrand, à Johannesburg, en Afrique du Sud.

En mai 1948, alors qu’il est en Afrique du Sud, Daniel François Malan, homme politique sud-africain du Parti National (PN)gagne les élections présidentielles ; Parti politique qui fait ouvertement la promotion de l’apartheid.

Eduardo Mondlane est aussitôt chassé de l’université et expulsé de l’Afrique du Sud.

Or, Eduardo Mondlane avait été élu, Président de son groupe d’études sociales et était chargé de la gestion d’un club interracial. Lorsque les étudiants et les professeurs apprennent son expulsion, ils organisent un grand meeting pour protester et la presse sud-africaine fait écho des manifestations dans ses parutions.

La presse portugaise relaie l’information.

Les responsables de l’université embarrassés, autorisent Eduardo Mondlane à passer les épreuves d’examen à partir de la Mission Suisse de Mozambique.

Au Mozambique, Eduardo Mondlane s’attèle à éveiller la conscience nationaliste de certains de ses compatriotes et ils fondent, en 1949, le « Nucleo dos Estudantes Secundarios Africanos de Moçambique » (NESAM), une association de jeunes mozambicains qui ont la chance de bénéficier du niveau secondaire de l’enseignement à Lourenço-Marques, au Mozambique.

Lorsque le NESAM publie son journal « Alvor » qui veut dire « Aube »,la Police de répression des autorités coloniales, Police Internationale de Défensede l’Etat(PIDE) interdit les publications.

Les représailles de la PIDE poussent plus de 75 étudiants du NESAM à quitter le Mozambique en passant par le Swaziland et la Zambie mais la PIDE les arrête aux frontières.

Avant la composition les examens d’Eduardo Mondlane au Mozambique, il est arrêté par la PIDE et interrogé pendant trois semaines.Il rate son examen et pour l’éloigner du pays, l’Administration coloniale lui délivre un passeport et une bourse pour des études aux Etats-Unis d’Amérique.

Les missionnaires suisses et américains de son Eglise lui proposent de faire une année d’études à Lisbonne au Portugal, avant de se rendre aux Etats-Unis d’Amérique.

A l’aéroport pour le Portugal, les policiers tentent en vain de l’empêcher de prendre son vol mais avec ses documents en règle, les policiers le laissent partir.

A Lisbonne, en 1951, Agostino Neto de l’Angola, Amilcar Cabral de la Guinée Bissau, Francisco José Tenreiro de São Tomé-et-Principe, Marcelino dos Santos de la Mozambique et Eduardo Mondlane créent une organisation dénommée le « Centre d’études Africaines » (CEA).

Le CEAest chargé de faire la promouvoir les cultures africaines, spécifiquement celles des Etats colonisés par les portugais.

En Afrique du Sud, les miniers fondent le « Partido de Libertacao de Moçambique » ou « Parti de la Libération du Mozambique » et, ravi de voir les noirs s’organiser, Eduardo Mondlane dit : « L’unité nationale est née du travail en commun dans les galeries profondes, étroites et humides des mines d’or, de diamant et de charbon du Transvaal et de l’Orange Free State ».

Après une année d’étude à Lisbonne, Eduardo Mondlane se rend aux Etats-Unis d’Amérique avec une bourse du « Phelps Stoke Fund » de New-York et réussit son examen de « Bachelor of Arts » à Oberlin, puis son Doctorat en sociologie à Northwestern University d’Evanston dans l’Illinois.

Intelligent et travailleur, il se fait remarquer et est sollicité pour débattre de certains problèmes africains. L’un de ses amis dit : « L’éducation et la foi, les deux chances de salut pour l’Afrique, Mondlane en est le signe! »

Eduardo Mondlane est convaincu qu’il jouera un rôle dans la libération de son pays et dit à ses amis étudiants : « Même si j’aime la vie universitaire (…), j’ai décidé de consacrer le reste de ma vie à la lutte de libération jusqu’à l’indépendance de mon pays. »

Au cours d’un camp d’été organisé par l’Eglise méthodiste, Eduardo Mondlane fait la connaissance de Janet Rae Johnson, une américaine, d’origine suédoise née en 1935 dans l’Illinois.

Bien que Janet Rae Johnson ait eu un coup de foudre pour Eduardo Mondlane, son père s’oppose à la relation de sa fille avec Eduardo Mondlane et dit : « Je ne veux pas de Noirs dans cette maison.»

Cependant, en 1956 Eduardo Mondlane et Janet Rae Johnson se marient et font deuxenfants, Eduardo Junior Mondlane Chude et Nyeleti Brooke Mondlane.

Eduardo Mondlane est recruté en 1957 à l’Organisation des Nations-Unies (ONU), à la section des Territoires sous mandat de l’ONU. En tant que Chercheur des événements qui ont conduit à l’Indépendance des Etats africains, Eduardo Mondlane est chargé de préparer le référendum sur la réunification du Cameroun.

La Mission Suisse invite Eduardo Mondlane au Mozambique en 1957 et lorsque ses compatriotes voient son passeport diplomatique ; Celui qui lui a été délivré par l’ONU, ils sont épatés de savoir que l’un des leurs occupe un poste aussi important dans une organisation internationale.Eduardo Mondlane est dignement fêté par les siens, en dépit du mécontentement des colons.

Janet Mondlane profite du passage de son époux au Mozambique, pour s’y rendre avec les enfants.

Durant son séjour au Mozambique, Eduardo Mondlane échange avec les nationalistes locaux, notamment Samora Machel un indépendantiste engagé qui exerce la fonction d’infirmer au Mozambique.

Lorsqu’Eduardo Mondlane retourne aux Etats-Unis d’Amérique, il démissionne de son poste à l’ONU et enseigne provisoirement l’Histoire et la Sociologie à l’Université de Syracuse de New York.

Le 9 décembre 1961, la Grande-Bretagne accorde à l’Etat de Tanganyika, aujourd’hui appelé Tanzanie, son indépendance et Julius Nyerere, premier Président de l’Etat de Tanganyika invite Eduardo Mondlane à s’installer en Tanzanie.

Eduardo Mondlane accepte et en Tanzanie, il constate que des milliers de ses compatriotes sont réfugiés dans ce pays et sont confrontés à de nombreuses difficultés.

Il réalise aussi qu’il existe plusieurs mouvements politiques mozambicains dispersés et construits sur des bases ethniques ou constitués en structures d’entre-aide pour les parents laissés au Mozambique.

Ces mouvements, le « Mozambique East African Association » d’Uria Simango ; « Uniao Democratica Nacional de Moçambique » (UDENAMO) d’Adelino Gwanba de la Rhodésie du Sud (Zimbabwe) ; « Uniao Nacional Africana de Moçambique Independente » (UNAMI) de Baltazar Chagonga au Nyassaland (Malawi) ; le « Tanganyika-Mozambique Makonde Union » et le « Makonde-Makua Zanzibar Union », tous deux basés en Tanzanie.

En 1961, les deux mouvements « Makonde » ; Mot qui veut dire « Mozambique » fusionnent pour donner naissance au « Makonde African National Unio » (MANU).

L’UDENAMO, quitte la Rhodésie du Sud pour s’installer à Dar-es-Salam en Tanzanie et devient la structure de rassemblement des autres mouvements de libération de la Mozambique.

Eduardo Mondlane encourage ces différents mouvements à fusionner et cette idée est partagée par des leaders africains, le mozambicain Marcelino dos Santos, le ghanéen Kwamé Nkrumah et le tanzanien Julius Nyerere.

Le 25 juin 1962, naît en Tanzanie, le « Front de Libération du Mozambique » (FRELIMO) et Eduardo Mondlane en devient, à l’unanimité, le Président.

Uria Simango est nommé Vice-président ; David Mabunda, Secrétaire général ; Paulo Gumane Secrétaire général adjoint ; Marcelino dos Santos, Secrétaire aux Affaires Extérieures et Armando Guebuza responsable de l’éducation.

Des volontaires affluent pour intégrer le FRELIMO.

Certains fuient la Mozambique pour la Tanzanie et d’autres mettent fin à leur études en Europe pour rejoindre le FRELIMO.

En septembre 1962, au premier Congrès du FRELIMO, il est adopté, les résolutions pour la mise en place d’une plate-forme capable de réunir tous les patriotes mozambicains et la tactique de libération de la Mozambique.

En Tanzanie, Eduardo Mondlane et son épouse sillonnent l’Afrique, l’Europe et l’Asie pour faire connaître le combat du FRELIMO et obtenir des aides. Par ce lobbying, le mouvement est reconnu sur la scène internationale et le Comité de libération de l’OUA le considère comme l’unique représentant de la population mozambicaine.

La Russie et la Chine s’engagent aux côtés du FRELIMO, quand bien même le dirigeant portugais, António de Oliveira Salaza s’oppose à toute indépendance de la Mozambique.

En 1963, le Président du FRELIMO choisit 250 combattants du FRELIMO pour une formation militaire en Algérie et en février 1963, Samora Machel intègre le FRELIMO

Le 25 septembre 1964, la lutte armée contre les colons du Mozambique est déclenchée par le FRELIMO.

Vers la fin de l’année 1965, l’armée coloniale s’enfuit des provinces de Cabo Delgado et de Niassa mais la gestion de ces localités libérées pose problème entre les membres du FRELIMO car, le Comité central en fonction depuis octobre 1966 désavoue les partisans du système traditionnel.

Les défenseurs de ce système traditionnel ne veulent pas de femmes au FRELIMO, parce que, pour eux, les femmes ne doivent jouer que leur rôle d’épouse et de mère. Ils refusent également que les militaires s’impliquent dans la gestion de la population civile car, leur mission est celui de combattre sur les champs de bataille.

Pour les intellectuels du mouvement, progressistes en majorité, le FRELIMO doit répondre aux aspirations du peuple mozambicain qui ne souhaite que vivre libre et mieux et non sous une autre forme d’oppression.

Avecle discours galvanisant des leaders du Comité central du FRELIMO, l’effectif des combattants connaît une hausse mais une crise naît avant le deuxième Congrès du FRELIMO.

Un courant, dirigé par Lazaro Nkavandame, Secrétaire de la province de Cabo Delgado, et des personnes non instruites, en particulier des paysans recrutés par le FRELIMO après la création de camps d’entraînements militaires à la frontière Tanzanie-Mozambique, ne veulent pas de la collectivisation de la production, ni de la création de coopératives et du maintien de la propriété privée.

Ils ne veulent pas non plus que les magasins créés soient contrôlés par le FRELIMO et souhaitent conserver la pratique des portugais qui consiste à gérer les magasins et expédier les fonds dans des comptes basés à l’extérieur.

Les partisans de Lazaro Nkavandame ne veulent pas d’une guerre populaire et prolongée.

Ils proposent qu’après la prise de Naspaki et de Namele, toutes les forces du FRELIMO se concentrent contre la base portugaise de Mueda pour la prendre et déclencherimmédiatement la lutte armée dans lesvilles.

Eduardo Mondlane, Président du FRELIMO ; Samora Machel, Chef du Département de la Défense et le Commandant militaire de la Province rejettent en bloc les propositions de Lazaro Nkavandame et trouvent l’attaque des villes suicidaire.

En effet, depuis le début de la guerre, les villes sont épargnées et les affrontements se déroulent dans les campagnes.

En dépit du refus de la direction du FRELIMO, Lazaro Nkavandame, lance des attaques et accuse le Département de la Défense du FRELIMO de perdre le temps dans la mobilisation de la masse.

Lazaro Nkavandame demande à la population de ne plus convoyer de la nourriture aux combattants du FRELIMO parce qu’ils refusent de se battre.

Le deuxième Congrès du FRELIMO est programmé pour le mois de juillet 1968 et bien avant, Lazaro Nkavandame et son groupe exigent que le Congrès se tienne immédiatement, sans travaux préparatoires et hors du Mozambique.

Après consultation des autres membres du FRELIMO, le Congrès est fixé à des dates pouvant permettre la tenue de travaux préparatoires c’est-à-dire du 20 au 25 juillet 1968.

De plus, ils décident aussi que le Congrès du FRELIMO se tienne sur le territoire mozambicain, à Matchedie, dans la province libérée de Niassa.

Lazaro Nkavandame et ses partisans ne souhaitent pas que les délégués des Forces Populaires de Libération du Mozambique (FPLM) et les militants désignés par les masses participent à ce Congrès.

Les sympathisants du FRELIMO désapprouvent cette dernière proposition car, exclure ceux qui se battent sur le terrain alors que le FRELIMO se base sur la lutte armée pour libérer le pays, c’est, pour le Comité central, dénaturer le combat du FRELIMO.

Les militaires désignés par les masses sont donc confiés à ce Congrès.

Pour beaucoup, le but inavoué de la demande de la non tenue du Congrès au Mozambique par le groupe de Lazaro Nkavandame, est d’empêcher les militaires du FRELIMO qui s’opposent à eux de participer à ce deuxième Congrès.

Désabusés, Lazaro Nkavandame et ses hommes lancent une campagne d’intoxication en faisant croire aux militants de sa province que les militaires ont l’intention de tuer les délégués qui participeront à ce Congrès.

Inquiets, les chairmens de Cabo Delgado, refusent de participer au deuxième Congrès du FRELIMO.

La Direction du FRELIMO organise aussitôt une nouvelle délégation composée de cadres soutenus par les masses et désignés par celles-ci.

Les tentatives de sabotage du Congrès par Lazaro Nkavandame et son groupe n’ayant pas abouti, l’armée portugaise intervient directement et lance une attaque aérienne à Matchedie, le lieu où se tient le Congrès.

Or, le FRELIMO a pris toutes les mesures sécuritaires et l’attaque ne produit aucune perte en vie humaine.

Avec la présence effective de 170 délégués et Observateurs, le deuxième Congrès du FRELIMO se déroule du 20 au 25 juillet 1968 sans problème.

Les résolutions adoptées se résument en l’extension des libertés démocratiques à tout le Mozambique ; La transformation de la lutte armée en guerre populaire révolutionnaire ; L’acceptation de la guerre populaire prolongée ; L’établissement du pouvoir populaire et la désignation des ennemis du FRELIMO qui sont le colonialisme et le système impérialiste.

Eduardo Mondlane est réélu Président du FRELIMO et bien que n’étant pas d’idéologie marxiste, il fait cette déclaration : « Je suis maintenant convaincu que la ligne politique du FRELIMO est plus claire que jamais (…) La base commune que nous tous avions au moment de la formation du FRELIMO résultait du colonialisme et de la conviction que nous savions qu’il fallait détruire la structure coloniale et établir une nouvelle structure sociale. Mais quel type de structure, quel type d’organisation, personne ne le savait. Non, il y en avait quelques uns qui savaient, avaient des idées, mais ils avaient seulement des notions théoriques qui se sont elles-mêmes transformées au cours de la lutte. Mais maintenant, il y a une transformation qualitative de la pensée qui s’est développée pendant ces six années passées et on conclut qu’aujourd’hui, le FRELIMO est plus socialiste, révolutionnaire et progressiste que jamais, et que notre ligne est chaque jour plus orientée vers le socialisme marxiste-léniniste. Pourquoi?Parce que dans les conditions de vie au Mozambique, notre ennemi ne nous laisse pas de choix. Je pense, sans compromettre le FRELIMO, qui jusqu’a ce moment n’a fait aucune déclaration officielle se réclamant du marxisme-léninisme, que notre mouvement va de plus en plus dans cette direction, de par les conditions dans lesquelles nous travaillons et combattons. »

Pour résoudre la crise qui existe entre les membres du FRELIMO, le Président de la Tanzanie, Julius Nyerere par l’intermédiaire de son Parti, l’Union nationale Africaine du Tanganyika (TANU) organise une réunion à Mtwara en Tanzanie.

Au cours des échanges, Lazaro Nkavandame refuse l’élection d’Eduardo Mondlane et décide de gérer seul la province de Cabo Delgado.

Les leaders du FRELIMO sauront par la suite que les colons ont promis à Lazaro Nkavandame et à ses compagnons d’accorder l’indépendance à la province de Cabo Delgado s’il parvenait à neutraliser le FRELIMO.

Le 22 décembre 1968, Lazaro Nkavandame fait assassiner, vers le fleuve Rovuma de Mozambique, le Chef adjoint des opérations de l’Etat-mort du FPLM, Paulo Samuel Kamkhomba. Ce militant du FRELIMO avait été chargé de coordonner l’application des décisions du deuxième Congrès du FRELIMO à Cabo Delgado.

Exaspéré, le Président du FRELIMO, Eduardo Mondlane demande aux autorités tanzaniennes d’arrêter Lazaro Nkavandame et ses hommes pour les remettre au FRELIMO.

Eduardo Mondlane adresse ce message écrit aux responsables du mouvement : « Quand en juin-août quelques « Chairmen » du Cabo Delgado ont essayé de créer la confusion en refusant d’aller au 2ème congrès du FRELIMO dans la province de Niassa, frèreKamkhomba a réussi à maintenir les autres « Chairmen » desa province contre les principes établis par le mouvement et, en conséquence, plus de la moitié des délégués du Cabo Delgado n’ont pu participer au congrès.»

Le 3 janvier 1969, une réunion du Comité exécutif du FRELIMO destitue Lazaro Nkavandamede son poste de Secrétaire de la province de Cabo Delgado.

Le Comité exécutif suspend également les personnes impliquées dans l’assassinat de Paulo Samuel Kamkhomba.

Sur le point d’être arrêté, Lazaro Nkavandame se rend à l’armée portugaise.

Un mois après cet événement, le 23 février 1969, Eduardo Mondlane reçoit un colis de livres à sa résidence de Dar-es-Salaam, en Tanzanie.

En essayant d’ouvrir le colis livré, la bombe cachée dans l’un des ouvrages explose et tue le leader mozambicain, Eduardo Mondlane, meurt sur le coup, le corps déchiqueté.

Beaucoup déclarent que le plan a été élaboré par la Police portugaise avec la complicité de Lazaro Nkavandame, Mateus Gwengere et Silverio Nungu.

La femme d’Eduardo Mondlane, Janet Mondlane a poursuivi le combat avec le FRELIMO jusqu’à l’indépendance totale du Mozambique proclamée le 25 juin 1975.