CANDIDATE : LOHOUES ANNE JACQUELINE EPSE OBLE

 

CARTE D’IDENTITE

DATE DE NAISSANCE

07 NOVEMBRE 1950

LIEU DE NAISSANCE

DEBRIMOU S/P DE DABOU

NATIONALITE

IVOIRIENNE

NOM DU PERE

LOHOUES JACQUES

NOM DE LA MERE

MARGUERITE KOCK

NOM DE L’EPOUX

OBLE

NOMBRE  D’ENFANTS

FORMATION D’ORIGINE

PROFESSEUR TITULAIRE A L’UNIVERSITE DE COCODY

 

PARTI POLITIQUE

 

CANDIDATE INDEPENDANTE

 

 

SITE OFFICIEL DU CANDIDAT

 

PAS CONNU

 

PROJET DE SOCIETE

 

 

1. CONSOLIDATION DE LA PAIX

 

Par l’établissement de la cohésion sociale. Il faut travailler avec détermination à la réconciliation nationale, au désarmement et à la réinsertion des ex-combattants et des volontaires des zones CNO, à l`indemnisation des victimes de la guerre, à la reconstruction des zones CNO, ce n’est qu’ainsi que la paix sera durable.

 

 

 

2. INSTAURATION D’UN ETAT FORT

 

 

Parce qu’il n’y a pas de démocratie sans état fort et respecté, qui exerce pleinement ses prérogatives régaliennes dans le respect des grands principes: liberté, unité nationale, laïcité, neutralité, solidarité, etc.

Il faut impérativement rétablir l’autorité de l’État sur toute l`étendue du territoire, avoir des institutions fortes, une démocratie bien organisée, mais aussi des collectivités territoriales qui règlent le quotidien des ivoiriens.

 

 

 

3. SÉCURISATION DES PERSONNES
ET DES BIENS

 

 

Assurer la sécurité des personnes et des biens constitue une des principales missions de l’autorité publique, et une des conditions du développement économique et social. Il faut :

constituer une nouvelle armée républicaine, avec des critères objectifs de recrutement ;

améliorer les conditions de vie et de travail des forces de défense et de sécurité ;
réinsérer tous ceux qui ont connu le maniement des armes;

sanctionner toutes les déviations, et mettre fin à toutes les tracasseries routières.

 

 

 

 

 

 

 

 

4. TRANSFORMATION DU SYSTÈME ÉDUCATIF ET PROMOTION DE LA RECHERCHE

 

 

 

 

La crise que nous traversons est une opportunité pour remettre en cause le système éducatif ivoirien. Pour sortir de la violence et la précarité dans lesquelles évoluent les enseignants, les élèves et étudiants. Pour sauver l`école ivoirienne, il nous faut :

  • revaloriser le statut des enseignants afin de leur reconnaître le respect qu`inspire leur métier;
  • réhabiliter les établissements d`enseignement, multiplier les écoles, les établissements secondaires ainsi que les universités et grandes écoles;
    rendre l’école obligatoire jusqu’à 16 ans;
  • amener les parents à scolariser leurs enfants et spécifiquement les filles enseigner la culture de paix et l’instruction civique à l’école.Relativement à la recherche, il faudra:
  • promouvoir la recherche agricole, la conservation des produits et leur transformation ;
  • promouvoir la recherche appliquée au développement ;
  • ré-équiper les centres de recherches et soumettre les chercheurs à des objectifs ;
  • améliorer le statut des chercheurs ;
  • déterminer des programmes nationaux de recherche et assurer leur financement.

 

 

 

5. ASSURER LA SANTE PUBLIQUE ET LE BIEN-ETRE DES POPULATIONS

 

Afin d’assurer le bien-être des populations, nous travaillerons à :

  • améliorer l’accessibilité, la continuité et la qualité des services: ce qui se passe inéluctablement par la création de réseaux locaux de services de santé et de services sociaux;
  • améliorer les conditions de vie et de travail des personnels de santé ;
  • préserver et assainir l’environnement pour améliorer le cadre de vie ;
  • créer un système de sécurité sociale adéquat pour tous ;
  • réduire les disparités régionales ;
  • instituer et gérer de manière efficiente les fonds sociaux qui seront disponibles dans les hôpitaux.

 

 

 

 

6. APPROFONDISSEMENT DE LA DÉMOCRATIE ET DE LA BONNE GOUVERNANCE

Notre projet souligne l’importance cruciale de la bonne gouvernance. Promouvoir la bonne gouvernance implique le respect de la primauté du droit, la transparence dans la gestion, la responsabilité, l’efficacité et l’équité. Nous n’épargnerons aucun effort pour :

  • soutenir la gouvernance démocratique : appui aux institutions démocratiques; renforcement de la société civile et promotion des droits humains; appui au cadre légal des partis et associations politiques;
    approfondir la gouvernance administrative: appui à la lutte contre la fraude, la corruption et l`enrichissement illicite, l’absentéisme et renforcer la transparence et l’éthique; améliorer le fonctionnement de l’administration publique;
  • améliorer la gouvernance d`entreprise au regard des entreprises privées avec de véritables managers, assainir les entreprises publiques, renforcer les contrôles internes et externes;
  • promouvoir la gouvernance locale: appuyer le processus de décentralisation et de développement local.

 

7. PROMOTION DU DÉVELOPPEMENT ECONOMIQUE ET SOCIAL, ET LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ

 

 

La récente crise militaro-politique a lourdement ébranlé notre économie qui de surcroit, subit les conséquences du ralentissement de l’économie mondiale. Dans un tel contexte, l’État doit créer les conditions de la relance en:

  • assainissant le cadre macro-économique ;
  • soutenant le monde rural ;
  • soutenant le secteur privé, comme moteur de croissance ;
  • accélérant la décentralisation, établir un statut des agents exerçant dans les collectivités décentralisées ;
  • allouant des crédits aux ménages pour soutenir la consommation et le marché de l’immobilier ;
  • facilitant l’accès du crédit au PME ;
  • protégeant l’environnement Il est aussi nécessaire de :
    • réduire les disparités régionales, par le système de la solidarité et du jumelage;
    • partager équitablement les richesses du pays entre l’état, les collectivités territoriales et les citoyens de manière à créer les conditions de l’émergence d’une classe moyenne, sans oublier les générations futures;améliorer l’utilisation des fonds sociaux.

 

 

 

 

 

8. MODERNISATION DE LA JUSTICE

 

Par la ré-instauration d’une justice au service des citoyens. Nous oeuvrerons à:

  • restaurer une justice égale pour tous, une justice qui dit le droit, rejette l’impunité, qui apaise le justiciable et promeut les investissements;
  • améliorer l’accessibilité des citoyens au service au service public de la justice, améliorer la qualité des services rendus;
  • rapprocher la justice du justiciable;
  • rendre effective les Hautes Cours. La cour de cassation, la Cour des Comptes, le Conseil d’Etat.

 

 

 

 

9. INCITATION AU PLEIN EMPLOI

Le chômage est un véritable fléau qui mine la société ivoirienne. Nous proposons que l’État se donne les moyens de mettre en oeuvre une politique du plein emploi. Il nous faut donc :

  • accroître le taux d’emplois structurés e réduisant les charges pesant sur les employeurs;
  • inciter les jeunes à l’auto emploi par la mise en place de fonds sociaux et le micro crédit à attribuer selon des critères objectifs ;
  • réduire l’approche conflictuelle des relations professionnelles perturbant la paix sociale et influençant négativement la production ;
  • assouplir le Code du travail ;
  • renforcer les capacités des travailleurs ;
  • promouvoir la culture du travail et un programme efficace de recyclage ;
  • inciter la formation par alternance pour les jeunes.

 

 

10. PROMOUVOIR L’ÉGALITÉ DES SEXES ET L’AUTONOMISATION DES FEMMES

L’égalité des sexes, qui est inscrite dans notre constitution, est au coeur de notre projet. C’est grâce à elle que nous pourrons vaincre la faim, la pauvreté, la maladie.

Il faut donner aux femmes un pouvoir égal d’intervention dans les décisions qui influent sur leur vie, dans la famille, aux instances les plus élevées du gouvernement, c’est leur donner la clef de leur autonomie.

  • appliquer la politique du genre, dans le domaine politique, administratif ;
  • introduire en droit interne les instruments internationaux relatifs à la promotion de la femme et déja ratifiés par notre pays ;
  • favoriser l’égal accès à l’éducation, à la formation, aux soins et aux services sanitaires ;
  • lutter contre la violence à l’égard des femmes ;
  • lutter contre l`image stéréotypée de la femme et l’inégalité d’accès et de participation des femmes dans la communication notamment des médias ;
  • favoriser l’égal accès à la gestion des ressources naturelles et à la terre ;
  • abolir la discrimination à l’égard des petites filles et les violations de leurs droits fondamentaux.

 

11. DIALOGUER AVEC LA JEUNESSE

Pour comprendre ses problèmes et apporter des solutions concertées :

  • inciter les jeunes à l’auto-emploi par la mise en place de fonds sociaux et de micro-crédits à attribuer selon des critères objectifs;
  • instituer la formation par alternance pour les jeunes.

 

 

12. CULTURE ET RELIGION

 

Réaffirmer la laïcité de l’État ;

Vulgariser les langues nationales ;

Accroître l’autorité de la chefferie traditionnelle ;

Impliquer les religieux et autorités traditionnelles au maintien de la paix ;

Créer les conditions pour la promotion des arts et de la culture.

 

 

13. INTÉGRATION RÉGIONALE ET COOPÉRATION INTERNATIONALE

 

 

Dans un monde où les frontières disparaissent, l’intégration régionale et la coopération internationale sont les réponses aux défis locaux. Elles permettent de surmonter, d’un commun accord les obstacles politiques, physiques, économiques et sociaux qui séparent les pays, et à collaborer à la gestion de ressources partagées et de biens communs régionaux ;

Approfondir l’intégration régionale, promouvoir le commerce intra communautaire et accentuer la formation de grands ensembles;

Tisser des partenariats internationaux, dans le respect de la souveraineté nationale, promouvoir des partenariats gagnant-gagnant.

Source : www.viepe.ci/blog/oble2009